Cette étude sur les méthodes de première transformation (méthodes locales) du Pentacletra macrophila (Mbalaka) fait partie de l’ensemble des activités prévues dans la convention de subvention entre Tropical Forest et le Ministère de la recherche Scientifique et de l’Innovation( MINRESI) au travers des Fonds C2D pour la mise en place d’un « modèle innovant de conservation de la biodiversité basé sur la valorisation des Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) au profit des communautés locales». Les études précédentes similaires menées notamment sur le Moabi (baillonelatoxisperma), la Mangue sauvage (irvingia gabonensis) et le Njansang (Ricinodendron heudelotti) ont permis de noter que l’obtention des huiles et beurres de qualité destiné aux marchés cosmétiques et alimentaire de niche nécessite le respect d’un certain nombre d’exigence.C’est dans ce contexte que s’effectue cette étude donc l’objectif est  de déceler au niveau local les aspects de première transformation (celle effectuée par les femmes au niveau du village) pouvant influencer les paramètres de qualité de l’huile de Mbalaka. Afin d’atteindre cet objectif, une enquêtes accompagnée des discussions informelles ont été effectuées auprès de 16 femmes appartenant toutes aux groupes de femmes valorisant les PFNL dans la zone périphérique de la Réserve du Dja (Zone d’intervention). Les données recueillies seront traitées et analysées et permettrons d’identifier les méthodes locales de collecte et transformation du Mbalaka et leurs impact sur la qualité de huile obtenue.