LA DEMANDE POTENTIELLE ET/OU EFFECTIVE DES HUILES VEGETALES ISSUES DE LA VALORISATION DES PRODUITS FORESTIERS NON LIGNEUX (PFNL) DANS LE SECTEUR COSMETIQUES DANS LES VILLES DE DOUALA ET YAOUNDE AU CAMEROUN

Epanda Manfred Aime, 2017

Amande de Moabi (Epanda, 2017)

Comprendre la demande potentielle et/ou effective des huiles végétales issues de la valorisation des produits forestiers non ligneux (PFNL) dans le secteur cosmétiques dans les villes de Douala et de Yaoundé au Cameroun a pour objectif principal d’analyser l’offre et la demande de ces produits sur le marché national afin de mettre en place une stratégie commerciale dont la finalité est la valorisation des PFNL au bénéfice des communautés locales.

Fruits de Moabi (Epanda, 2017)
Les enquêtes de terrain ont permis de collecter des informations auprès de 600 cosméticiens/esthéticiens (300 à Yaoundé et 300 à Douala) et les données ont été traitées à l’aide du tableur Microsoft Excel et analysées à l’aide du logiciel SPSS (version20).
Il ressort de cette étude que très peu d’esthéticiens et de cosméticiens (8,5%) connaissent le beurre végétal de mangue sauvage, le beurre végétal de moabi (9,2%) et l’huile de Djansang (15,3%) tandis que le beurre de karité, le beurre de cacao et l’huile de coco sont plus connus des esthéticiens et cosméticiens avec respectivement 88,9%, 84,7%, et 69,6%.

Pour ce qui est de la concurrence, 24.7% des entités rencontrées ont comme fournisseur des vendeurs ambulants ; 6.6 % d’entre eux s’approvisionnent auprès de sociétés qui produisent des huiles végétales ; 2.1% d’entre eux affirment importer leurs produits de l’étranger et 15.5% s’approvisionnent sur le marché conventionnel.
Les beurres et huiles végétales similaires sont également utilisés par les cosméticiens Camerounais. Au Cameroun, les beurre de moabi, beurre de mangue sauvage, beurre de cacao, beurre de karité, huile de coco, huile de djansang) sont encore des produits de luxe, mais très recherchés par les utilisateurs.
Le marché des huiles et beure d’origine végétales et issues des forets est encore vierge et recherche la qualité. La stratégie du B to B dans un premier temps pour vendre et faire connaitre les produits peut permettre d’aller vers les utilisateurs directs des produits. L’ouverture des boutiques ou points de ventes facilitera les approvisionnements dans les grandes métropoles.

Le packaging jouera un rôle important aux yeux des utilisateurs des produits que ce soit sur le plan national comme à l’international. Les prix doivent être fonction des classes d’utilisateurs et une stratégie claire doit être définie pour les revendeurs qui sont très nombreux.

Plus d’informations, contactez : tfrd2009@yahoo.fr